Plage Navarrosse SAN - Société des Amis de Navarrosse-Biscarrosse, association 1901 agréée au titre de l'article L.141-1 du code de l'environnement.
FRANCAIS  ENGLISH  Ajouter aux FAVORIS  CONTACT  REFERENCES 
 
 
ACCUEIL
   DOCUMENTS
      GENERALITES
      POLLUTION EAUX
         Résumé
         Eutrophisation
         Cyanobactéries
         Mécanisme poll.
         Toxicité
         CMA
         Situation actuelle
>       Moyens d'action
      TOXICITE POISSON
      CONTAMINANTS
   FLORE
   ASSOCIATION
   ANALYSES
   GLOSSAIRE
   REFERENCES
   LIENS

   
  

MOYENS D'ACTION

MESURES CURATIVES

Traitement des plans d'eau

De nombreux algicides sont utilisés, en particulier le sulfate de cuivre, pour réduire les blooms. Ils provoquent la mort des algues mais aussi la libération des cyanotoxines.

Les résultats, en présence de cyanobactéries potentiellement toxiques sont donc, en général, catastrophiques et à éviter si l'eau est destinée à la production d'eau potable.

Les cas de décès humains par intoxication cyanobactérienne que nous avons vus plus haut sont tous consécutifs à un traitement par algicides.

Traitement de l'eau de boisson

Pour les eaux de surface, le schéma du traitement minimum est le suivant :

Traitement de l'eau de boisson

L'étape de floculation / décantation consiste à ajouter un produit chimique (en général un sel d'aluminium) qui agglomère les déchets en suspension dans l'eau et provoque leur dépôt au fond du bassin, facilitant leur élimination.


Quand des cyanobactéries sont présentes dans l'eau il faut réaliser en plus l'élimination de cellules vivantes qui n'ont pas encore libéré leurs toxines et l'élimination des toxines.1

Or, pour cela, le schéma de traitement indiqué ci-dessus n'est pas parfaitement adapté.

Lors de l'étape de filtration si les boues ne sont pas rapidement retirées les cyanobactéries meurent et libèrent leurs toxines qui viennent s'ajouter à celles déjà en solution dans l'eau.

L'étape de chloration nécessite une forte quantité de chlore, sans pour autant être efficace pour toutes les cyanotoxines.

Il n'y a pas unanimité des experts sur la meilleure solution : certains recommandent une étape d'ozonation d'autre une filtration par charbon actif. La situation est encore compliquée par une réponse à ces traitements qui diffère suivant les cyanotoxines.

MESURES PREVENTIVES

Nous venons de voir que des mesures curatives ne peuvent apporter une solution qu'à la production d'eau potable, avec un impact important sur les coûts.

Le maintien d'activités nautiques et de la pêche passent inévitablement par des mesures préventives.


Protection de la ressource en eau potable

Des mesures de protection sont prévues par le "décret 2001-1220 du 20 décembre 2001 relatif aux eaux destinées à la consommation humaine, à l'exclusion des eaux minérales naturelles" article 9 ainsi que par l'article L. 1321-2 du code de la santé publique.


Réduction de la charge en phosphore sur le bassin versant

Mesures prioritaires :

  • Mise en place d'un suivi de la teneur en phosphore total au moins sur les ressources en eau potable.

  • Identification et quantification des contributeurs afin de définir la priorité des actions.

  • Interdiction d'utilisation d'engrais chimiques phosphatés dans le bassin versant.

  • Contrôle des systèmes d'assainissements non raccordés au tout à l'égout.

  • Audit des usines de traitement des eaux usées par experts indépendants.

Amélioration du traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées comporte habituellement deux niveaux de traitement :

  • Précipitation par réactifs chimiques.

  • Traitement biologique en bassin d'aération.

Après ces deux étapes, on obtient une concentration en phosphore de 0,2 à 0,5 mg/L.

Une étape supplémentaire d'affinage par filtration sur sable permet d'atteindre 0,03 à 0,05 mg/L.

Le coût pour l'ensemble des trois traitements est estimé à 0,15 -0,30 $US/m3 .

Réduction de l'utilisation de substances favorisant la résistance des cyanobactéries

Mesure prioritaire :

  • Restriction d'usage d'herbicides, principalement ceux qui sont connus pour induire une résistance des cyanobactéries.



1 Voir Chorus I. and Bartram J., Toxic cyanobacteria in water, 1999 et WHO Regional office of Europe, Eutrophication and health, 2002 ainsi que USEPA, Creating a Cyanotoxin Target List for the Unregulated Contaminant Monitoring Rule, 2001.


Copyright  SAN 2011    Last update : 2011/10/11 11:28 PL&BL        346 rue des Nasses 40600 BISCARROSSE