Plage Navarrosse SAN - Société des Amis de Navarrosse-Biscarrosse, association 1901 agréée au titre de l'article L.141-1 du code de l'environnement.
FRANCAIS  ENGLISH  Ajouter aux FAVORIS  CONTACT  REFERENCES 
 
 
ACCUEIL
   DOCUMENTS
      GENERALITES
      POLLUTION EAUX
         Résumé
         Eutrophisation
         Cyanobactéries
         Mécanisme poll.
         Toxicité
         CMA
>       Situation actuelle
         Moyens d'action
      TOXICITE POISSON
      CONTAMINANTS
   FLORE
   ASSOCIATION
   ANALYSES
   GLOSSAIRE
   REFERENCES
   LIENS

   
  

SITUATION ACTUELLE

En 1969, un fût d'endosulfan, un insecticide, tombe accidentellement dans le Rhin. En quelques jours vingt millions de poissons meurent.

Voici un exemple de pollution accidentelle dramatique et spectaculaire qui fait la une des journaux.

Qu'en est-il des pollutions diffuses, chroniques ? Dans un premier temps elles passent inaperçues mais, elles aussi, ont des conséquences dramatiques.

POLLUTION DES EAUX DE SURFACE

"Les Grands Lacs nord-américains présentent, par exemple, une pollution chronique qui se traduit par une bioamplification importante des PCB dans les réseaux trophiques des poissons d’intérêt halieutique. Alors que la teneur en PCB des eaux des Grands Lacs atteint en moyenne 0,005 ppb, elle s’élève à environ 20 ppm dans les tissus des truites de lac (sommet de la pyramide écologique), soit un facteur de concentration supérieur à 4 millions. […]

Cette pollution d’un grand nombre d’écosystèmes aquatiques de l’est des États-Unis et du Canada a conduit les autorités responsables de l’hygiène publique des États concernés à interdire la consommation des poissons pêchés dans les lacs ou les cours d’eau concernés."1

La plupart des lacs des Alpes sont dans un état de dystrophisation avancé.

En France, selon l'IFEN (Institut français de l'environnement) qui a effectué un ensemble de prélèvements en 2001, "la présence de pesticides affecte la qualité de l'eau sur près de 90 % des points de l'échantillon disponible".

Dans les océans la situation n'est pas meilleure : la FDA (Food and Drug Administration) recommande aux femmes enceintes et aux jeunes enfants de ne pas manger certains poissons (dont le maquereau royal) et de limiter la consommation de fruits de mer et d'autres poissons (dont le thon blanc) car ils contiennent une trop grande quantité de mercure.

Cyanobactéries et cyanotoxines en France2

Bilan d'échantillons d'eau de surface analysés par les agences de bassin :


Agences

% d'échantillons potentiellement toxiques

% d'échantillons toxiques

% d'échantillons > 1 µg/l

Toxicité maximale en µg/l

Rhin-Meuse

41.9

23

6.4

166

Loire-Bretagne

93

89

61.9

51.3

Rhône-Méd & Corse

31.3

6

6

14

Adour-Garonne

70

64

10.4

10.7

Artois-Picardie

27

3.3

0

0.06

Sur l'ensemble des échantillons analysés pour les 5 Agences,

53 % contenaient des cyanobactéries potentiellement toxiques,

37 % contenaient des toxines

et 17 % contenaient des toxines à des concentrations > à 1 µg/l

Evolution de la population cyanobactérienne

"Toutes les espèces citées ci-dessus [incluant anabaena et microcystis] ont été identifiées dans les eaux bretonnes bien avant que celles-ci n'aient atteint leur état actuel de dégradation. De présentes, elles sont malheureusement devenues très abondantes : si l'on pouvait déceler quelques individus par mL il y a 40 ans, il est aujourd'hui fréquent d'en compter 2-3 millions par mL. Ce changement d'échelle est très probablement lié à la surfertilisation des eaux en phosphore et azote"3.

EXEMPLES D'INTOXICATONS

Cas de blooms de cyanobactéries toxiques affectant l'eau potable4


Lieu du bloom

Espèce

Symptômes

Conséquences

USA, 1976

Microcystis

Gastro-entérite

NA

Australie, 1979

Schizotrix, Plectonema, Phormidium, Lyngbia

Gastro-entérite

62% de la population alimentée malade

Brésil, 1988

Anabaena, microcystis

Gastro-entérite

2000 personnes affectées, 88 morts

Suède, 1994

Planktothrix agardhii

Hépatites

121 personnes affectées,

Brésil, 1996

Aphanizomenon, Oscillatoria, Spirula

Hépatites

166 personnes affectées, 60 morts

Cas de blooms de cyanobactéries toxiques affectant l'eau de baignade


Lieu du bloom

Espèce

Symptômes

Conséquences

Canada, 1959

Microcystis, anabaena, circinalis

Gastro-entérite, maux de tête, nausées, douleurs musculaires

30 personnes affectées

Angleterre, 1989

Microcystis

Gastro-entérite, vomissements

20 personnes affectées

2 hospitalisations


A la lecture de ces données, on peut penser que le danger est limité. Il faut pourtant prendre en considération que :

  • L'identification des cyanobactéries comme cause d'une gastro-entérite n'est pas facile.

  • Le nombre de cyanobactéries présentes dans les plans d'eau est en forte augmentation.

  • Les effets à long terme (toxicité chronique) sont très mal connus.

Voici quelques précisions sur des cas graves.

Intoxication par cyanobactéries* - Brésil

La mise en eau du barrage Itaparica, au Brésil, en 1988 a provoqué la formation d'un bloom particulièrement important. Environ 2000 cas de gastro-entérite ont été recensés, principalement des enfants, avec pour conséquence 88 décès. Les responsables étaient Anabaena et Microcystis à des concentrations de 1000 à 10000 colonies / mL (cf. C&B p.116).

Il est important de noter que seules les personnes ayant bu de l'eau bouillie étaient atteintes. Les cellules non soumises à la chaleur n'ont pas libéré leurs toxines.

Intoxication par cyanobactéries - Australie

Cette intoxication s'est produite sur l'île de Palm dans le Queensland (Australie) en 1979. Toutes les personnes affectées buvaient de l'eau provenant du barrage "Solomon". L'eau de celui-ci avait connu, une semaine avant l'épidémie, un bloom traité au sulfate de cuivre à 1 ppm. Il a été nécessaire d'hospitaliser une large partie des 139 enfants et 10 adultes affectés. Aucun décès ne fut à déplorer.

L'identification du responsable (Cylindrospermopsis raciborskii) a nécessité plusieurs années de recherche car Microcystis, présent dans les eaux du barrage avait d'abord été suspecté mais ne donne pas les mêmes symptômes chez les patients atteints. De plus, Cylindrospermopsis raciborskii ne produit pas de mousses et se développe en profondeur. Il est donc difficile à détecter.

Intoxication par cyanobactéries - France

Plusieurs intoxications mortelles ont eu lieu dans le Tarn au cours des dernières années.

En 2002 et 2003, 26 chiens sont morts, moins d'une demi-heure après s'être baignés dans le Tarn. La mort serait due aux neurotoxines sécrétées par la cyanobactérie lyngbya sp qui a été retrouvée dans leur estomac.5

Lyngbya sp est une cyanobactérie benthique, peu répandue en France, qui produit des saxitoxines ainsi que des dermatotoxines.

Intoxication au mercure - Minamata

L'intoxication de Minamata n'a pas été provoquée par des cyanobactérie mais elle illustre les dangers de la bioamplification.

Minamata est une petite baie du Japon, communiquant avec la mer de Chine, à proximité de laquelle se trouve une usine d'engrais, la société Shin Nippon Chisso. Celle-ci déverse, durant les années 50, du methylmercure qui se répand dans la mer. Tout au long de la chaîne alimentaire, le méthylmercure est concentré dans les tissus des plantes et des poissons. Alors que la concentration dans la mer est très faible, non mesurable, celle atteinte dans le poisson est dangereuse. D'abord des chats puis les pêcheurs de Minamata, qui se nourrissent principalement du poisson de la baie, sont intoxiqués par les sels de mercure qui provoquent une encéphalopathie aiguë avec atteinte motrice et sensorielle. Le nombre de victimes est très variable suivant les sources (sans doute suivant la période de référence) : de plusieurs centaines à quelques milliers, souvent avec des handicaps lourds. De nombreuses personnes sont décédées dans les mois qui ont suivi. Plusieurs milliers de dossiers d'indemnisation ont été déposés.

EXEMPLE DU LAC DE CAZAUX-SANGUINET

Données obtenues

Phosphore : environ 50µg/L (P total, moyenne 1998/2001 mesures DDASS)

Secchi : environ 3 m (moyenne 2005 des mesures effectuées avec SAN/CCGL)

Cyanobactéries : Anabaena et Microcystis < 3000 cellules / mL (CCGL 2005)

Microcystine-LR : une seule mesure négative dans le lac pour l'eau de baignade (CCGL 2005), les mesures ne seraient pas effectuées pour l'eau de boisson.


Conclusions

Eutrophisation : le lac contient largement assez de phosphates (ainsi que de nitrates) pour expliquer la turbidité de l'eau observée.

Qualité de l’eau de baignade : présence de cyanobactéries (potentiellement toxiques) nettement en dessous du seuil mais les résultats sont très variables.

Qualité de l’eau de boisson : les phosphates et nitrates sont dans les normes. Des dépassements ponctuels pour aluminium, chlorites et COT laissent supposer que la charge en matière organique est difficile à maîtriser.

EXEMPLE DU LAC DE PARENTIS

Données obtenues

Phosphates et nitrates : nous ne disposons pas de données récentes. Ce lac n'étant pas utilisé pour la production d'eau potable ne fait pas l'objet d'un suivi par la DDASS.

Secchi : environ 1,4 m (1976 suivant rapport SEPANSO)

Cyanobactéries : Anabaena et Microcystis < 3800 cellules / mL (CCGL 2005)

Microcystine-LR : maximum : 86 µg/L (CCGL 2005).


Conclusions

Eutrophisation : le lac a fait l'objet d'une pollution par les phosphates vers 1980. Un plan a été mis en œuvre aboutissant à une stabilisation de la dystrophisation.

Qualité de l’eau de baignade : présence de cyanobactéries (potentiellement toxiques) avec des résultats en général acceptables mais une série de mesures (06/2005) très au-dessus de la norme pour MC-LR (86 pour 25 µg/L).

Qualité de l’eau de boisson : non concerné, pas de prélèvements dans le lac.

EXEMPLE DU LAC D'ANNECY

Le cas du lac d'Annecy est exemplaire. Dès 1943 le danger d'eutrophisation est détecté. Le lac est alors utilisé comme tout à l'égout.

Pour assurer la sauvegarde du lac, le Syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA) est créé en 1957 par huit communes. En 2001 le SILA devient le Syndicat mixte du lac d'Annecy (SMLA) qui regroupe 113 communes.

Le SILA assure la mise en œuvre d'un collecteur ceinturant le lac complété par des collecteurs de raccordement. Ceci représente environ 1000 km de collecteurs.

Les travaux principaux sont terminés en 1993 (il aura fallu 50 ans !).

Les résultats sont à la hauteur des budgets : le lac est presque redevenu oligotrophe.


1 D'après Encyclopædia Universalis, 1998.

2 Adour-Garonne, Les cyanobactéries situation en France et dans le bassin Adour-Garonne, date note précisée, vraisemblablement 2005.

3 D’après Observatoire Départemental de l'Environnement, Prolifération des cyanobactéries dans les eaux intérieures et conséquences sur les eaux de baignade et de consommation, 2003.

4 D'après World Health Organization, Regional Office for Europe, Eutrophication and Health, 2002.


Copyright  SAN 2011    Last update : 2011/10/11 11:28 PL&BL        346 rue des Nasses 40600 BISCARROSSE