Plage Navarrosse SAN - Société des Amis de Navarrosse-Biscarrosse, association 1901 agréée au titre de l'article L.141-1 du code de l'environnement.
FRANCAIS  ENGLISH  Ajouter aux FAVORIS  CONTACT  REFERENCES 
 
 
ACCUEIL
   DOCUMENTS
      GENERALITES
      POLLUTION EAUX
         Résumé
         Eutrophisation
>       Cyanobactéries
         Mécanisme poll.
         Toxicité
         CMA
         Situation actuelle
         Moyens d'action
      TOXICITE POISSON
      CONTAMINANTS
   FLORE
   ASSOCIATION
   ANALYSES
   GLOSSAIRE
   REFERENCES
   LIENS

   
  

CYANOBACTERIES

Que sont les cyanobactéries ?

Les cyanobactéries tirent leur nom de leur couleur bleu-vert (cyan), elles sont aussi appelées algues bleues. Comme les végétaux, elles possèdent de la chlorophylle et assimilent le gaz carbonique. Ce sont des micro-organismes très anciens, des fossiles ont été trouvés datant de 3,5 milliards d'années.

Il existe environ 2000 espèces de cyanobactéries dont une quarantaine produit des substances toxiques, les cyanotoxines.

Comment les cyanobactéries se développent-elles ?

La croissance des cyanobactéries est plus faible que celle de la plupart des algues. Elle est favorisée par des températures élevées (supérieures à 25 °C) et des pH élevés. Les cyanobactéries* sont, par contre, moins sensibles à la lumière. Certaines espèces de cyanobactéries sont aussi moins exigeantes sur la température et peuvent se développer en profondeur.

Beaucoup d'espèces de cyanobactéries possèdent des vacuoles gazeuses qui leur permettent, comme les ballasts des sous-marins, de se placer à la profondeur la mieux adaptée à leur croissance.

Quelques espèces ont, en outre, la propriété de fixer l'azote atmosphérique, ce qui les rend, bien sûr, beaucoup moins dépendantes de la présence de nitrates dans l'eau.

Quand les conditions leur sont défavorables, les cyanobactéries s'entourent d'une enveloppe protectrice, suffisamment résistante pour les soustraire à l'appétit des divers prédateurs (protozoaires, zooplancton…), et tombent sur le fond jusqu'à ce que les conditions évoluent.

Il existe dans l'eau, comme à la surface de la terre, une compétition entre les différentes espèces. Les espèces les mieux adaptées aux conditions locales vont se développer et progressivement éliminer les autres espèces par manque de nourriture. Toutes les algues ainsi que les cyanobactéries ont besoin de phosphore d'azote et de lumière. Si l'eau contient peu d'azote en solution sous forme de nitrate, les cyanobactéries capables d'assimiler l'azote atmosphérique (sous forme de gaz dissout) vont consommer tout le phosphore et faire régresser les autres algues. Cette compétition se manifeste aussi au niveau de la lumière. La régression des herbiers situés au fond des lacs peut être due à la diminution de la lumière qui leur parvient atténuée par les cyanobactéries en suspension dans la partie supérieure de l'eau.

Donc, bien que se reproduisant plus lentement que la plupart des algues, les cyanobactéries disposent de caractéristiques spécifiques qui leur permettent de coloniser rapidement des plans d'eau. Leur élimination est extrêmement difficile.


Que sont les fleurs d'eau (blooms) ?

Quand les conditions sont favorables, l'eau peut rapidement devenir trouble avec une coloration verte, bleu-vert ou rougeâtre. C'est la conséquence du développement de micro algues et/ou cyanobactéries. Parfois les cyanobactéries se regroupent à la surface de l'eau formant film d'aspect huileux qui peut atteindre plusieurs centimètres d'épaisseur. Ces concentrations de cyanobactéries sont appelées "fleurs d'eau", mais le terme anglais "bloom" est souvent utilisé.

Les conditions favorables sont une eau riche en nutriments, de température assez élevée (plus de 20 °C), des vents faibles.

Les blooms durent environ une semaine, le plus souvent en fin d'été mais ils peuvent se produire toute l'année. Des blooms* se produisent partout dans le monde, dans les eaux douces ou salées.

Les cyanobactéries les plus souvent identifiées dans les blooms sont : Microcystis, Anabaena et Aphanizomenon.

Les cyanobactéries sont-elles dangereuses ?

Certaines cyanobactéries produisent des substances toxiques, les cyanotoxines. Les cyanotoxines sont classées en :

  • neurotoxines qui agissent sur le système nerveux, ce sont les plus dangereuses, elles peuvent provoquer la mort en quelques minutes par arrêt respiratoire ou cardiaque

  • hépatotoxines qui détruisent les cellules du foie créant une accumulation de sang dans le foie

  • dermatotoxines qui provoquent des rougeurs de la peau. Des réactions allergiques sont aussi possibles.


Quelles sont les cyanobactéries à redouter ?

Les espèces les plus courantes qui produisent des toxines sont Microcystis et Anabaena.

Anabaena se présente sous forme de cellules de 4 à 14 µm reliées par des filaments. Elle produit à la fois des neurotoxines (anatoxines) et des hépatotoxines (microcystines).


Anabaena spBloom anabaenopsis


Photo de gauche : Anabaena sp.

Autorisation 02/04/2007, Cliff Ambers (University of Oregon), Mark Schneegurt (Wichita, State
University), and Cyanosite (www-cyanosite.bio.purdue.edu
).

Photo de droite : bloom de Anabaenopsis sp.

Autorisation 02/04/2007, Federico Emiliani (Universidad Nacional del Litoral), Mark Schneegurt (Wichita, State University), and Cyanosite (www-cyanosite.bio.purdue.edu).

Microcystis forme des colonies. Les cellules individuelles de 3 à 5 µm sont assemblées dans une masse gélatineuse. Elle produit de la microcystine et parfois de l'anatoxine-a. Microcystis peut adapter sa flottaison pour se déplacer à diverses profondeurs dans l'eau. Microcystis est souvent majoritaire dans les eaux profondes (plus de 3m) car sa faculté à se déplacer dans la colonne d'eau est alors un avantage important par rapport aux autres espèces.

MicrocystisBloom microcystis sp

Photo de gauche : Microcystis sp.

Autorisation 02/04/2007, Isao Inouye (University of Tsukuba), Mark Schneegurt (Wichita, State
University), and Cyanosite (www-cyanosite.bio.purdue.edu).

Photo de droite : bloom de Microcystis sp.

Autorisation 02/04/2007, Wayne Carmichael (Wright State University), Mark Schneegurt (Wichita,
State University), and Cyanosite (www-cyanosite.bio.purdue.edu).


Les écumes sont-elles dangereuses ?

Mousses

Ecumes sur le lac de Cazaux-Sanguinet © SAN 2006


Toutes les écumes ne sont pas dangereuses. Seulement une analyse permet de déterminer si des cyanobactéries* toxiques en sont la cause. Quand les écumes sont produites par des cyanobactéries toxiques la concentration en toxines peut être multipliée par 1000 (New Zealand Ministry of Health, Guidelines Ch 7).

Durant la nuit les cyanobactéries ne peuvent pas réguler leur flottaison et se regroupent à la surface. Si le vent est faible, elles ne sont plus brassées par les vagues et forment une écume. Les écumes sont donc plutôt visibles le matin. Les écumes peuvent atteindre plusieurs centimètres d'épaisseur et, parfois, dépasser 10 cm.

Toutes les espèces de cyanobactéries ne produisent pas d'écume. Microcystis, Anabaena et Aphanizomenon sont souvent responsables de formation d'écumes (C&B Ch. 2).


Copyright  SAN 2011    Last update : 2011/10/11 11:28 PL&BL        346 rue des Nasses 40600 BISCARROSSE